Les couleurs du “Brouillarta”

Il suffit parfois d’aller se promener à Biarritz pour se retrouver au milieu des artistes. Le deuxième week-end d’octobre a offert cette possibilité unique à toutes les personnes intéressées qui sont venues aux jardins de la Grande plage. La galerie d’art, située en plein vent dans tous les sens du terme, a ouvert ses portes dans le cadre de la 22ème édition d’exposition «Brouillarta». Une centaine d’artistes de la région et aussi d’autres coins de la France étaient sélectionnés pour présenter ce week-end leurs tableaux et sculptures uniques au publique.

Gilles Lavie raconte sa propre relation avec ses tableaux. Une fois, étant un photographe qui voyageait beaucoup, il a eu une idée de créer des tableaux inspirés par ses prises de vue photographiques faites dans les coins différents du monde, de l’Amérique à Biarritz. Gilles Lavie joue avec des formes et des matériaux, créant des ponts entre la peinture et la photographie, la toile et le bois. L’artiste dessine sur les palettes en bois, en respectant l’unicité de chaque de ses palettes : il garde toutes les imperfections qui apportent aux tableaux un charme exceptionnel. Apres la sélection, Gilles a emporté «Prix coup de cœur du publique» dans la catégorie «peinture» et devenu deuxième dans la nomination «Prix de la ville de Biarritz».

Isabelle Geli – artiste peintre reconnue en France, ainsi qu’à l’étranger – avait aussi exposé ses tableaux aux jardins de la Grande plage. Les sensations, les émotions, l’ambiance sont immortalisées par le pinceau ou le couteau d’Isabelle Geli sur ses tableaux à l’esprit enjoué. Les nuances de couleurs inattendues sont atteintes par la technique originale quand les peintures sont mélangées directement sur la toile.

L’artiste bayonnais Michel Basset utilise la technique très complexe pour incarner ses souvenirs de paysages. Ses tableaux du style résine-art surprennent par l’ensemble de nuances mystérieuses grâce au mélange de matières différentes comme l’aluminium, l’encre, la résine, la peinture acrylique ou à l’huile, etc. Ses tableaux sont encore plus beaux sous les rayons de soleil.

Sonia Michel démontre qu’on a besoin seulement d’un stylo à friction et d’une feuille de papier pour créer un chef-d’œuvre. Dans sa dernière série, l’artiste d’Hossegor refuse d’utiliser les couleurs pour mettre en valeur les nuances du gris et des petits motifs des vagues. Ces tableaux ne sont pas seulement des objets d’art, mais ils sont pleins de mystères cachés dans des labyrinthes alambiqués.

Texte et photos
Kamilia OSECHKIN